Comment gérer la douleur durant l’accouchement ?

MotherStories vous emmène dans les coulisses d’un accouchement à la Clinique Générale-Beaulieu. Tout au long de l’année, vous découvrirez nos Interviews mettant en lumière les différents acteurs présents lors d’un accouchement et le rôle de chacun avant, pendant et après la naissance. Aujourd’hui, on parle de la gestion de la douleur avec Blandine Castella, sage-femme et responsable de la maternité.

Blandine, peux-tu te présenter en quelques mots ?
J’ai 37 ans et suis originaire du sud de la France. J’exerce avec passion le métier de sage-femme depuis 15 ans. J’ai rejoint l’équipe de la clinique Générale-Beaulieu en 2012 et j’ai été nommée responsable de la maternité il y a 4 ans. J’ai un enfant de 8 ans qui s’appelle Apollin.

Quelle est la crainte principale des futures mamans concernant l’accouchement ?
La douleur ! Face à l’inconnu de l’accouchement, elles veulent savoir comment gérer le travail et les contractions.

Comment appréhender sa peur du Jour J pendant la grossesse ?
En participant aux cours de préparation à la naissance qui ont lieu en général 6 à 8 semaines avant le terme. La Clinique Générale-Beaulieu propose une préparation à la naissance classique, en piscine et en hypnose. Des visites de la maternité et un entretien prénatal sont aussi proposés aux futures mamans toujours dans le but d’informer, de rassurer et de « dédiaboliser » la vision que beaucoup se font de l’accouchement.

Est-ce utile de faire un plan de naissance ?
Le plan de naissance est un document très utile et précieux qui exprime noir sur blanc les souhaits des futurs parents et qu’ils nous remettent à leur arrivée à la maternité. Nous mettons tout en œuvre pour les respecter, dans la limite de la sécurité et de la faisabilité.

Téléchargez le modèle fait par MotherStories à remplir tranquillement avec votre conjoint-e avant d’en discuter avec votre sage-femme ou l’équipe du lieu de naissance choisi.

A quoi sont dues les douleurs pendant l’accouchement ?
Aux contractions utérines mais aussi à la pression exercée sur le col de l’utérus, de l’abdomen et du dos. Le seuil de tolérance à la douleur est différent d’une femme à l’autre et variable en fonction du contexte et de l’environnement comme l’heure du jour ou de la nuit, si la poche des eaux est rompue ou non, le ressenti des contractions…

Comment définirais-tu une contraction ?
Avant tout, il faut savoir qu’une contraction dure au maximum 1 minute et que ce n’est pas une douleur continue comme, par exemple, lors d’une rage de dents. En hypnose, on va comparer la contraction à une vague qui va et qui vient. La contraction/vague monte, on surfe sur le haut de la vague et la contraction/vague descend. Ce qu’il faut apprendre à gérer c’est le pic de la douleur qui dure entre 10 à 15 secondes.

Quelles sont les techniques à disposition des futures mamans pour gérer la douleur pendant le travail et l’accouchement ?
A la maternité, nous ne parlons pas à proprement parler de « techniques » pour gérer la douleur mais plutôt d’un accompagnement global psychique et physique de la patiente. Pendant le travail, nous accueillons avant tout le couple et ses demandes et nous nous adaptons. Nous créons une ambiance calme et chaleureuse avec de la musique et une lumière tamisée.

Nous leur proposons une mobilisation libre pour plus de confort, le ballon pour trouver une position confortable et le bain dont l’eau chaude a un effet très relaxant et vasodilatateur. Les points d’acupressure et les massages peuvent aider. C’est souvent l’accompagnant qui s’en occupe. Il aide activement la future maman, respire avec elle et la rassure. Son soutien est précieux.

A un certain stade de l’accouchement, nous pouvons aussi proposer l’utilisation du MEOPA, l’inhalation de protoxyde d’azote, un gaz relaxant juste au moment de la contraction quand elle est la plus forte. A tout moment, la patiente peut avoir recours à une péridurale si elle le souhaite.

Et l’hypnose dans tout ça ?
Bien sûr ! Le but de l’hypnose est de créer un état d’hypno-relaxation chez la patiente et lui permettre, grâce à des suggestions et des visualisations positives, de se détourner de la douleur. Nous sommes à l’écoute de la patiente, de ses besoins et de ses souhaits afin de lui créer une “boîte à outils” sur-mesure qui lui servira de guide et de repère.

Si la future maman choisit l’hypnose comme préparation à la naissance, elle suivra 3 cours d’1h environ pendant sa grossesse. Ces séances pourront être enregistrées afin qu’elle s’approprie la technique et puisse se gérer seule, en auto-hypnose, le jour J.

Quelles sont les visualisations utilisées pendant l’accouchement ?
Elles sont nombreuses ! La future maman peut, par exemple, imaginer un sac à contractions qui se vide au fil de l’accouchement : “et une contraction de moins qui me rapproche encore plus de mon bébé d’Amour” ou visualiser la descente du bébé dans son bassin comme un toboggan. S’il s’agit d’une césarienne, elle peut s’imaginer une fleur de Lotus qui s’ouvre pour que son bébé soit accueilli. Si la douleur est très forte, je demande à la patiente de déplacer toute la douleur de la contraction dans sa main en la dissociant de son utérus. En fonction de chaque situation et de chaque personne, les visualisations seront différentes mais il est important de s’être préparée en amont.

Peux-tu nous parler de la péridurale ?
Elle reste la technique anti-douleur la plus utilisée et est très efficace particulièrement sur la phase de dilatation du col. Nous avons des anesthésistes de garde 24h/ 24 , prêts à intervenir à tout moment. C’est toujours la patiente qui est l’actrice de son accouchement. C’est elle qui va formuler son souhait d’en avoir une ou pas et cela à tout moment de l’accouchement, quasiment jusqu’à dilatation complète (selon contexte médical et psychologique). La sage-femme est toujours là pour accompagner, informer et guider la patiente de l’avancée du travail. Il faut savoir que la péridurale est plus efficace si elle est posée avant la fin de la dilatation.

Quel souvenir d’une naissance t’a particulièrement marquée ?
J’ai accompagné une patiente en hypnose en préparation à la naissance qui avait très très peur de l’accouchement. L’hypnose lui a, non seulement, permis un accouchement naturel et rapide mais, lui a permis de se libérer de certaines croyances/blocages en tant que femme et mère. C’était très émouvant.

Si vous avez envie de découvrir la maternité de la Clinique Générale-Beaulieu et rencontrer leur formidable équipe, réservez une visite guidée en appelant directement au numéro suivant +41 22 839 57 07.

À lire aussi /

Dans les coulisses d'un accouchement

Comment gérer les émotions du post-partum ?

Dans les coulisses d'un accouchement

Le métier d’aide-soignante

Dans les coulisses d'un accouchement

Le métier de sage-femme

Dans les coulisses d'un accouchement

Le métier d’infirmière puéricultrice